Patrick Lotrian - Bureaux d'études de structure

Patrick LOTRIAN, ingénieur ESTP aux 25 ans d’expérience, trouve des solutions économiques pour le dimensionnement de vos projets. Au fait des nouvelles normes EUROCODE, compétent en structure et en étude de sol, je fourmillerai d'idées pour satisfaire votre souci de résultat en matière de budget et délai.
Confiez-moi sans hésiter vos différentes études, nul doute, je vous étonnerai.

  • Qui suis-je ?

    Avec de simples idées innovantes, de sérieuses économies de temps et d'argent sont possibles et j'ai eu l'occasion de le prouver sur différents chantiers...

    En savoir +
  • Etude de structure

    EUROCODE, je découvre comme tout le monde. Mais moi, je découvre porté par mon expérience, et j'ai trouvé de la matière à économie...

    En savoir +
  • Nos réalisations

    Ces dernières années ont été fournies en projets et nous ont permises de mettre à profit nos multiples compétences. Nous avons ainsi participé aux chantiers de Brézillon...

    En savoir +

Une expérience pleine sur chaque étape de la construction

Depuis les anciens temps, on a toujours construit comme avant : au temps des cathédrales, les fabricants d'ouvrages, reproduisaient ce qui avait été fait par le passé... Eh bien, nous n'avons pas changé ! Nous avons abandonné la connaissance aux gestionnaires.

Aujourd'hui, comment voulez vous que des progrès voient le jour, quant tout ce qui est prévisible n'est pas prévu.... quand le résultat final n'est pas inscrit sur le papier. Aujourd'hui, les gestionnaires ont imposé leur gestion aux chantiers et ce ne sont plus des ingénieurs qui année après année se confrontent à l'expérience mais des gestionnaires techniques, qu'ils finissent par devenir et rester.

Et tout cela déteint sur chaque segment de la construction.

On ne demande plus à un bureau d'études d'être performant en terme de conception, on lui demande d'être prévisible et à l'heure.

Prévisible : pour rester dans les quantités chiffrées à l'appel d'offre. On n'ose pas lui demander d'être en dessous de ces quantités, il pourrait se sentir pousser des ailes et ne pas savoir atterrir. Et puis ce ne serait plus dans les clous du chantier, la gestion en prendrait un coup. Et ça ce n'est juste pas possible.

A l'heure : parce que la main d’œuvre est un coût et qu'il y a loin de l'imagination du BET au bureau de contrôle. Et que toutes les techniques astucieuses de ce BET, ne sont que des astuces pour se faire plaisir.

Ainsi, aujourd'hui, au moment du changement de règlement de calcul, combien ont pris le temps de les lire les normes EN 1990 et suivantes, à l'une de leurs connaissances, sans se contenter des ouvrages autorisés, pré digérés sans aucune analyse d'ensemble. On nous dit avoir fait des progrès dans la connaissance du béton armé, des constituants du béton.... Comment le sait on ? Comment en faisons nous profiter nos clients ? Qui se mouille pour ca ?

EH BIEN MOI JE VOUS LE PROPOSE